Episode 3

Le Hadith : « Seigneur ! Pardonne à Aicha

 tous les péchés du passé et du futur »

     Selon "Aicha" « que Dieu l’agrée », elle a dit ; "Quand j’ai vu que le Prophète « paix et bénédiction soient sur lui » était en bonne humeur je lui ai dis : « Ô Messager d'Allah! Invoque Allah pour moi » alors « paix et bénédiction soient sur lui » dit : « Ô Allah! Pardonne à Aicha ses péchés du passé et futur et tout péché qu'elle a caché et qu'elle a fait en public. »

     Alors "Aicha" rit jusqu'à ce que sa tête tomba sur ses genoux, à cause de son rire. Alors il  dit:"Est-ce que mon invocation te plaît?", elle répondit: « Et pourquoi Ton invocation me déplairait? » il  dit: « Au Nom d’Allah! C'est l'invocation que je fais pour ma nation dans chaque prière. »[1]

Qui est-ce qui a fait la demande ?

     Aicha est la fille de "Abou Bakr Essidik" « que Dieu les agrée », le nom de son père est "Abdoullah Ben Outhman Ben Louai Ben Ghalib", on la surnommé « Oum Abdillah » et « Oum El- moueminin », le messager d’Allah « paix et bénédiction soient sur lui » l’a épousé avant deux ans « d’elhijra », et il a habité avec elle à Médine et elle avait neuf ans, et ils ont vécu ensemble pendant neuf ans, elle était la seule vierge que le prophète « paix et bénédiction soient sur lui » a épousé, son innocence a été déclaré des sept cieux, et elle était la plus aimée de ses épouses, surnommée « El-houmayraa », elle était honorable et issue d’un bon lignage, une bonne femme et savante.

"Ezzouhri" a dit : « si on compare le savoir de Aicha avec le savoir de toutes les épouses du prophète «paix et bénédiction soient sur lui » et le savoir de toutes les femmes du monde, on trouvera que le savoir de Aicha est le plus bon »

"Ouroua" a dit : « je n’ai jamais vu une personne plus savante eu jurisprudence, en médecine, et en poésie qu’Aicha ».

     Elle a beaucoup rapporté sur le prophète « paix et bénédiction soient sur lui », sur son père, sur "Omar" et sur "Fatima" - que dieu les agrée-.

     les compagnons du prophète « paix et bénédiction soient sur lui » on rapporté sur elle, "Omar" et son fils "Abdoullah", et "Abou Hourayra" et autres.

     Elle est décédée «  que Dieu l’agrée »en 57 hijri et on a dit 58 hijri.[2]

Les bienfaits du Hadith :

1/ On trouve dans ce hadith  l’éthique de la demande,  de bien choisir le moment de la faire, le moufti doit être en bonne humeur, il doit avoir une bonne impression, comme il doit être calme et prêt à écouter la demande, prenant soin du moufti et du fatoua.

2/ on y trouve aussi la bonne cohabitation du mari avec sa conjointe et sa tendresse pour elle, son invocation pour elle, son amabilité et son apport de joie .

3/ Comme on trouve la place qu’occupe  Aicha- que Dieu l’agrée- chez le prophète « paix et bénédiction soient sur lui », il est noble avec elle, comme il a un penchement envers elle, et il lui donne une grande valeur, il lui accorde ce qu’elle a demandé, ainsi elle a entendu ses précieuses invocations et elle a été satisfaite.   

4/On a rapporté sur le prophète « paix et bénédiction soient sur lui » son appréciation de l’invocation en cachette du mouslim à son frère. Et parmi ces bonnes invocations, celle que le prophète « paix et bénédiction soient sur lui » a choisis pour la plus aimée de ses épouses, et sa nation qui est : l’imploration d’Allah le pardon des péchés, la couverture des défauts, l’effacement des méfaits du passé et du futur,  que se soit apparent ou caché.

5/ ce hadith reflète aussi la grâce qu’a le prophète « paix et bénédiction soient sur lui » pour sa nation, sa crainte pour elle et sa dignité, sa bonne invocation dans ce monde, et son intercession exaucée dans l’au-delà.

     Selon "Abi Hourayra"- que Dieu l’agrée- le prophète «  paix et salut sur son âme » a dit : « chaque prophète a une invocation exaucée, tous les prophètes se sont empressés de la faire, mais j’ai gardé la mienne pour intercéder en faveur de ma nation le jour de la résurrection, elle couvrira incha-allah tous ceux qui meurent de ma nation en croyant à Allah seul sans associé »[3]

6/ Le "Quostoullani" – miséricorde de Dieu sur lui -a dit : « parmi les invocations des prophètes celles qui sont exaucées immédiatement et d’autres qui seront exaucées plu tard, quand le bon Dieu le voudra ».[4]  

 

 

 



[1] -rapporté par Ibn Habane (9/122 H 711) et rapporté par Abou Elkassim Ellalikai dans Iatikad Ahl Essuna (8/1429 H2756) son attribution est correcte, Elhaythami a dit : ceux qui l’ont rapporté sont des hommes de confiance, Moujama Ezaouaid (9/246).

[2] - Elistiab (4/1881), Assad Elghaba (6/189),Elissaba (8/16).

[3]-convenu, et l’articulation est à Mouslim, rapporté dans son authentique (715 H 199) avec son attribution à Abou Horayra marfouan. Et rapporté par Elboukhari (531 H 6304) de même mais à sa fin il n’y a pas  «elle couvrira inchallah tous ceux qui meurent….. » 

[4] Oumdat Elkari (22/277), mouslim a conté dans son authentique (1178 H 2890) aves son attribution à Amer Ben Saad, selon son père, le messager de Dieu « paix et bénédiction sur lui » est arrivé un jour de la Alia, quand il passa par la mosquée de Beni Mouawiya il entra et il  s’inclina deux fois en faisant la prière, et nous avons fait la prière avec lui,  il  invoqua Dieu longuement,  ensuite il se retourna et dit : « j’ai fait trois demandes à Allah, Il m’a exaucé deux et a rejeté une, je l’ai invoqué de ne pas périr ma nation par la sécheresse, Il l’a exaucé, le l’ai invoqué de ne pas exterminer ma nation par la noyade, Il l’a exaucé, et je l’ai invoqué de ne pas permettre à ma nation de s’entretué, Il me l’a refusé ». 

Add comment

Security code
Refresh